Archives du blog

Grand Débat National : des idées pour le bien commun

Le Grand Débat National, voulu par le Président de la République, s’est achevé et a été un succès unanime ; les Français s’en sont saisis et en ont fait un espace inédit d’échanges politiques qui fera école !

Les différents grands débats qui ont eu lieu ces dernières semaines, notamment à Issy-les-Moulineaux et dans les Hauts-de-Seine, ont permis de faire émerger des idées qui ont fait consensus ou des propositions très originales.

Dans certaines réunions locales, les citoyens ont même voté à main levée des propositions formulées par des groupes de travail ; une forme de démocratie directe salutaire qui s’est déroulée à chaque fois de manière apaisée et respectueuse de la diversité des opinions.

Parmi les propositions formulées, plusieurs ont retenu mon attention entre les 4 thématiques proposées (fiscalité et dépenses publiques ; transition écologique ; organisation de l’Etat et des services publics ; démocratie et citoyenneté) :

  • La reconnaissance du vote blanc, avec parfois un conditionnement de sa reconnaissance avec le vote obligatoire. Néanmoins, le vote blanc a été très souvent demandé par les citoyens ;
  • Une fiscalité progressive sur les volumes des déchets ménagers, afin d’inciter les entreprises et les consommateurs à réduire leurs déchets au quotidien ;
  • Des services publics de proximité : même dans un milieu très urbanisé, les citoyens ont demandé que les services publics restent à proximité (agences La Poste, SNCF, etc.)
  • Une suppression ou une transformation du Sénat en assemblée des citoyens, ainsi que la suppression du Conseil économique, social et environnemental ;
  • Une réforme fiscale pour que l’ensemble des Français paient l’impôt sur le revenu, même à titre symbolique ;
  • Un soutien actif dans les politiques nationales et locales aux mobilités douces et non polluantes comme le vélo.

C’est maintenant au tour de l’exécutif présidentiel et de la majorité parlementaire (LREM et MoDem) de mener une synthèse et de proposer des textes législatifs qui concrétisent ces idées majoritaires.

C’est en effet par la loi que la République doit fonctionner et non par la violence physique et les destructions matérielles.

La République a fait un grand pas, et me vient une idée qui a été également avancée par plusieurs élus nationaux : pourquoi ne pas instituer un Grand Débat National annuel ?

Le débat continue !

Publicités

Retrouvez le journal n°1 du député Gabriel Attal !

Gabriel Attal, député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine (Issy-les-Moulineaux, Vanves, Boulogne-Billancourt Sud, Nord Meudon) distribue en ce moment le 1er numéro de son journal consacré à ses activités de député à l’Assemblée nationale comme en circonscription.

Pour lire le journal du député, cliquez sur le lien suivant ou sur l’image ci-dessous.

Des réformes nécessaires contre des « résistances » hypocrites

L’année 2018 a débuté et je vous adresse mes meilleurs voeux, la santé et la prospérité en priorité.

Au plan national, les engagements politiques du Président de la République se confirment pour poursuivre les réformes nécessaires et transformer le pays.

Le programme sera chargé : dix projets de loi annoncés jusqu’à l’été prochain, notamment la réforme sur la formation professionnelle et l’apprentissage ou encore la réforme de la Justice.

Dans les derniers sondages, les Français approuvent l’action du pouvoir exécutif et les réformes déjà menées comme la rénovation du dialogue social ou encore les mesures fiscales comme le dégrèvement progressif de la taxe d’habitation. La volonté et les réformes sont là et la majorité des Français ne s’est pas trompée.

Or, à Issy-les-Moulineaux, il suffit de lire les tribunes de ce mois de janvier dans le journal municipal Point d’Appui de la majorité de droite ET l’opposition de gauche pour voir formuler des visions de pseudo-résistances contre les « atteintes graves de l’Etat » et un gouvernement qui agiraient contre les intérêts des Français et surtout de leurs collectivités. Les propos sont réducteurs, déformés, voire hypocrites quand on sait que la plupart des membres de cette majorité et de cette opposition auraient envie de dire librement et sans subir de sanctions tout le bien qu’ils pensent de l’action du Président de la République et de son gouvernement.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :