Archives du blog

Succès historique d’Emmanuel Macron qui domine à Issy-les-Moulineaux !

Ce dimanche 23 avril, c’est un tremblement de terre qu’ont vécu les partis traditionnels de gauche et de droite avec la qualification d’Emmanuel Macron pour le 2e tour de la présidentielle !

Mon vote du 1er tour s’est confirmé avec celui de nombreux Français issus de la société civile, mais aussi lassés des partis de gouvernement type Parti socialiste et Républicains. Engagé dans la mouvance centriste et pro-européenne pour briser ce système politique bipolaire, c’est finalement le candidat d’En Marche ! qui y parvient en ce dimanche historique !

À Issy-les-Moulineaux, 37% des électeurs se sont exprimés en sa faveur (graphique ci-dessous), un score très élevé qui ne peut être méprisé en le traitant de « vote de gauche » comme ont déjà osé lancer, dès ce dimanche soir, des élus de droite déboussolés et perdus dans leurs croyances quasi-séculaires d’un système politique hérité de la Guerre Froide !

Avec lui, j’espère que nous en finirons avec ce système. Mon vote exigeant pour Emmanuel Macron doit ainsi impérativement passer par le rassemblement, mais aussi et surtout par le renouvellement politique, de nouveaux visages, de nouveaux talents, de gens qui ne vivent pas de la politique et ont un casier judiciaire vierge.

C’est aussi relancer l’économie et la solidarité dans notre pays, marquées par des décennies de gabegie et d’incompétence, ainsi que le projet d’une nouvelle base pour relancer l’Union européenne.

Retrouvez ces éléments dans son discours du 23 avril 2017 après les résultats du 1er tour :

Le dimanche 7 mai, un seul vote républicain comptera pour l’avenir de la France et de l’Europe !

Présidentielle 2017 : je voterai pour Emmanuel Macron

Durant plusieurs mois, j’ai observé, comme tous les Français, les révélations, les scandales et les défenses des différents candidats à l’élection présidentielle. Et comme nombre de nos concitoyens, j’ai été très longtemps indécis sur ce que je devais penser et choisir pour l’intérêt général de la France et de l’Europe.

Finalement, mon choix se portera au 1er tour de cette présidentielle en faveur d’Emmanuel Macron, le candidat du mouvement En Marche !.

La logique de mon engagement politique chez les centristes et les pro-Européens, depuis plus de 10 ans au plan local et national, explique entre autres ce choix.

De même, ayant été responsable du comité d’Alain Juppé sur Issy-les-Moulineaux pendant la campagne de la primaire, la victoire de François Fillon a été un coup d’arrêt au rassemblement du centre et de la droite :

  • François Fillon a été un opposant historique à la construction européenne (campagne du non au référendum sur Maastricht en 1993) et longtemps le Premier ministre silencieux et docile de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012, n’ayant pas su mener les réformes nécessaires pour notre pays et qu’il prétend vouloir désormais engager s’il était élu à son tour président ;
  • Les affaires qui ont éclaté ensuite autour de sa personne et de sa famille, sa position remettant en question les acquis sociétaux en faveur des femmes et le soutien reçu durant la primaire (et encore aujourd’hui !) de la part de mouvances d’extrême-droite posent de réels problèmes éthiques, de valeurs et de moralité politique.

Concernant Emmanuel Macron lui-même, il fait certes partie de ma génération, mais je ne lui donne pas pour autant un blanc-seing, car il est attendu de pied ferme sur plusieurs engagements qui me tiennent à coeur :

  • Renouveler la classe politique en refusant d’investir aux législatives et aux élections suivantes toute personne n’ayant pas un casier judiciaire vierge. À lui de démontrer qu’il ne fera pas de relativisme sur le plan de la moralisation politique le jour venu et qu’il sera inflexible dans ce domaine, en particulier vis-à-vis de ses soutiens ;
  • Relancer la construction européenne en faveur d’une nouvelle dynamique franco-allemande, de refonder les bases concernant son élargissement, de faire de l’Union européenne une union politique de type fédéraliste autour d’une ou deux institutions uniques, ayant la légitimité démocratiques des citoyens européens, agissant enfin dans l’intérêt de l’UE et non des groupes d’intérêts privés ;
  • Dynamiser l’économie française non pas en exonérant 80% des Français sur la taxe d’habitation comme il le propose, mais en soutenant toutes les initiatives des citoyens permettant de soutenir l’économie sociale, l’écologie et la solidarité entre les Français. Emmanuel Macron doit être aussi plus audacieux sur le plan de la fiscalité dans la transmission du patrimoine et le soutien aux propriétaires, il ne doit pas abandonner cet électorat au seul candidat de la droite.
  • Enfin, garantir nos libertés individuelles et les acquis sociétaux pour les femmes (égalité salariale, droit à l’IVG), ainsi que des contre-pouvoirs forts et une Justice indépendante.

Il y aurait encore nombre de doléances que je pourrais formuler sur ce que j’attends d’Emmanuel Macron. Mon choix est un choix de raison, à Emmanuel Macron de démontrer qu’il n’est pas une illusion comme tous les candidats et les gouvernants qui se suivent depuis des décennies.

Présidentielle 2017 : les convictions sans l’enthousiasme

Suite à la victoire de François Fillon il y a une semaine, dans le cadre de la primaire de la droite et du centre, on peut s’interroger sur la place du centre pour la prochaine présidentielle de 2017.

  • D’une part, les centristes de l’UDI vont négocier et tenter de modérer le programme de François Fillon, dont la « purge » assumée dans le service public et la volonté de faire travailler plus en étant payés moins les fonctionnaires ont séduit, entre autres, les électeurs d’une droite bourgeoise et lassée par le style de Nicolas Sarkozy. Cependant, même si ce ne sont pas tous les Français qui ont voté à la primaire, et si François Fillon n’a pas encore gagné la présidentielle, ce dernier est en position de force pour ignorer l’apport programmatique des centristes de l’UDI. On peut craindre un alignement de l’UDI sur les positions de François Fillon sans avoir pu négocier quoi que ce soit en matière programmatique, hormis quelque accords pour les législatives de 2017. D’ailleurs, l’UDI est à ce jour déchirée entre le Nouveau Centre d’Hervé Morin déjà parti de manière opportuniste pour négocier avec François Fillon, et Force Européenne Démocrate avec le Parti Radical qui ont plutôt une démarche de rassemblement avec le MoDem pour, peut-être un jour, créer une nouvelle formation centriste à l’image de l’ancienne UDF.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :