Archives du blog

Sous le signe du bénévolat

La rentrée est désormais là et la pandémie continue de nous guetter. Elle n’a pas pourtant stopper la solidarité que les Français ont manifesté entre eux. Solidarité entre les générations, mais aussi solidarité avec celles et ceux qui ont maintenu les services de notre quotidien durant le confinement.

La solidarité c’est aussi le bénévolat. Être au service du citoyen, de l’Autre, de son prochain. Altruiste, sans attendre quelque chose en retour, sans aucune indemnité ni rémunération ou une quelconque gratification matérielle ou symbolique.

Ces derniers mois, en tant que conseiller de quartier, j’ai pu donner quelques coups de main à des Isséens qui m’ont sollicité sur des problématiques locales. J’ai relayé leurs interrogations et leurs demandes auprès de la mairie, et essayé de leur donner des conseils pour les aider dans leurs démarches.

Parfois, j’ai une réponse de la mairie. Parfois non. Il arrive que je reçoive une réponse du genre « mais ce n’est pas votre rôle de vous occupez de cela » ou « de quoi vous mêlez-vous ». Quant on est conseiller de quartier, on n’est pas payé et souvent pas très considéré dans la démocratie locale. Mais on agit pour les autres, point barre.

La sincérité de la démarche – quand on agit pour le bien public – c’est le désintérêt. C’est mon point de vue. Si je dois toucher un jour une indemnité pour faire le même job, autant le dire, je vous donnerais en détail sur ce blog ce que je touche, car cela relève de l’argent public. Mais c’est un autre débat.

Une nouvelle étape s’ouvre dans cet engagement bénévole. Je prends les fonctions de secrétaire général d’une association alto-séquanaise qui promeut la diversité dans l’engagement politique, le vivre-ensemble, l’écologie et le féminisme. Un programme vaste pour une association qui démarrera au niveau local pour – je l’espère – susciter des vocations partout dans les territoires urbanisés des Hauts-de-Seine et même en Ile-de-France.

S’engager pour les autres, c’est ainsi les aider à monter, à progresser sans rien attendre en retour. C’est aussi une vertu que l’on retrouve chez de nombreux associatifs, des enseignants également, des chefs d’entreprises, des mécènes aussi. C’est une valeur universelle et vivifiante. Il faut l’entretenir et c’est un combat de tous les jours.

À votre service donc !

Bonne rentrée à toutes et à tous.

Les candidats de la « diversité » sont plus une chance qu’un handicap pour les partis politiques

Une étude de l’IFOP récemment rendue publique (cliquez ici pour la lire) met en avant le pourcentage de candidats issus de la « diversité », lors des récentes élections cantonales de mars 2011 auxquelles j’ai moi-même participé sur le canton Issy-Est.

L’étude est claire : les formations politiques ont encore du progrès à faire en la matière. Non pas qu’il faille jouer avec des quotas comme aux Etats-Unis -pratique que je rejette totalement- mais il apparaît que les formations politiques auront tout à gagner à présenter des candidats de la « diversité » aux prochaines élections pour trois raisons principales : Lire la suite

Discrimination à l’embauche : après le nom et la couleur de peau, voici le lieu de résidence !

Il est des jours où l’on se demande si l’on vit bien en République avec l’égalité pour devise, en particulier lorsqu’on parle de recrutement professionnel.

Hélas, un dossier du Parisien daté de ce vendredi rappelle que le lieu de résidence des candidats franciliens à l’embauche est aussi discriminant que l’origine ethnique, le nom ou la religion. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :