Archives de Catégorie: législatives 2017

Issy-les-Moulineaux : meilleurs voeux ! … mais pas pour tout le monde

En cette nouvelle année, souhaitons-nous des voeux de santé, de bonheur et de réussite dans nos projets à nous et à nos proches.

Nous en avons tous bien besoin en cette période où la fraternité et le vivre-ensemble doivent prendre le dessus sur la haine physique et verbale, la mesquinerie et les intérêts politiques particuliers.

A Issy-les-Moulineaux, malheureusement, fort est de constater que les voeux du Maire sont réservés à des personnes triées sur le volet, jugées fréquentables ou acceptables. A titre personnel, depuis mon élection en tant que conseiller de quartier depuis 2014, je recevais une invitation pour les voeux annuels du Maire.

Or, depuis mon soutien à La République en Marche, à Emmanuel Macron à la présidentielle et à son candidat Gabriel Attal aux élections législatives, je ne reçois plus d’invitation aux voeux du Maire. L’année dernière, ce fut la première fois. Cette année 2019, c’est la seconde fois que je ne suis pas invité, alors que d’autres conseillers de quartier sont conviés.

Cette pratique d’ostracisme local assez pathétique ne mérite même pas d’être évoquée ici ; sauf qu’il m’est venu à l’esprit un simple fait : les voeux sont organisés avec l’argent des Isséens.

Logiquement, et dans ce cas, tout le monde devrait être convié, sans distinction, puisque nous contribuons tous au budget municipal et donc aux frais dans l’organisation des voeux. Certes, inviter tous les Isséens coûterait plus cher, mais des voeux à l’attention de tous les habitants avec un peu plus de sobriété dans l’organisation ne pourrait être qu’un beau symbole d’esprit républicain.

J’émets ainsi un voeu (c’est le moment !) : que les prochains voeux à Issy-les-Moulineaux concernent d’abord toutes les Isséennes et tous les Isséens puisqu’ils y contribuent, et non à une partie d’Isséens triés sur le volet et de personnalités politiques des Hauts-de-Seine.

N’oublions pas que la ville est une micro-société à l’image de notre pays : le vivre-ensemble implique que tous les citoyens, sans distinction, participent à la vie de la cité comme de la société.

Excellente année 2019 à nouveau à toutes et à tous.

Retrouvez le journal n°1 du député Gabriel Attal !

Gabriel Attal, député de la 10e circonscription des Hauts-de-Seine (Issy-les-Moulineaux, Vanves, Boulogne-Billancourt Sud, Nord Meudon) distribue en ce moment le 1er numéro de son journal consacré à ses activités de député à l’Assemblée nationale comme en circonscription.

Pour lire le journal du député, cliquez sur le lien suivant ou sur l’image ci-dessous.

Conseil municipal à Issy-les-Moulineaux : un spectacle bien malsain

Ce jeudi soir, la séance extraordinaire du conseil municipal d’Issy-les-Moulineaux avait pour ordre du jour… la déchéance de cinq adjoints du maire André Santini.

4 élus LR (dont deux élus historiques en poste avec le maire depuis 1980 !) et 1 élu UDI ont perdu leur délégation au cour d’un vote secret au sein du conseil municipal.

Le maire, les adjoints, les conseillers municipaux de la majorité et de l’opposition ont participé ainsi au vote. À peu de voix, les cinq adjoints ont tout perdu, après avoir servi (trop ?) loyalement le maire.

La scène était surréaliste et du jamais vu : un maire assumant l' »exécution » des « traîtres » de sa majorité, des adjoints blessés dans leur être, rappelant au maire d’où il venait et qu’ils avaient soutenu depuis le début, et qui se retrouvaient humiliés publiquement pour une trahison inexistante.

En effet, le maire leur reprochait d’avoir peu soutenu le candidat qu’il avait mis en avant aux dernières législatives, mais pire à ses yeux qu’ils aient soutenu un candidat divers droite. Aucune preuve dans cette accusation, mais une réelle rancune du maire à l’égard de ses adjoints et dont on ne savait quel en était le motif fondé.

Des larmes aux yeux, des visages rouges d’émotion dans une ambiance à la fois malsaine et émouvante furent la conclusion de cette difficile fin de journée.

La politique, à mon sens, ne mérite pas une telle mise au ban de personnes qui ont servi loyalement un maire depuis des années. Un désaccord politique, claire et net, aurait été encore compréhensible. Là, ce n’était absolument pas le cas.

J’ai personnellement eu comme adversaires politiques la plupart de ces adjoints aux municipales de 2008, le premier d’entre eux aux cantonales de 2011 ou encore un autre avec qui j’avais eu des échanges durs sur ce blog. Malgré ce passé de divergences politiques, ces femmes et ces hommes ne méritaient pas de subir un tel traitement, encore moins des accusations aussi infondées.

Centriste, attaché au respect des opinions politiques et à la dignité de tous, je leur adresse mes salutations les plus républicaines et les plus cordiales.

Okan Germiyan

 

%d blogueurs aiment cette page :