Archives de Catégorie: Hygiène et propreté

Covid-19 : vers un « après » ? Cela dépendra de nous

Le virus Covid-19 a marqué nos esprits et nos habitudes et ce partout dans le monde. Il a marqué notre rapport à l’autre, à l’animal et à l’environnement, à notre consommation, à notre façon de penser notre histoire par rapport aux épidémies.

Nous n’avons jamais été à l’abri des virus ; ceux-ci ne connaissent pas de frontières. Et leur émergence est bel et bien le fruit de la maltraitance par l’homme de la nature et du règne animal dont il fait pourtant partie. Nous sommes des animaux, et nous vivons avec des bactéries et des maladies en permanence. Cependant, nous amplifions ces phénomènes en déforestant, en polluant par les délocalisations, en voyageant en avion pour faire un trajet qu’on pourrait faire en train, etc.

Un voyage d’affaires de deux jours entre Londres et New York est-il, par exemple, encore envisageable sachant que l’avion pollue et que des réunions peuvent se faire à distance grâce à la technologie ? Nous avons tous pris l’habitude désormais de faire nos réunions professionnelles par visioconférence.

« L’après » dépendra de ce que les citoyens voudront :

  • Plus de transports en commun et des circulations douces comme le vélo ?
  • Consommer moins d’aliments élaborés industriellement pour des produits plus sains et locaux ?
  • Consommer des produits de haute technologie importés et plus de produits fabriqués en France et dans l’Union européenne ?
  • Réduire les chaînes de production et de circulation pour réduire l’impact industriel et la pollution par les transports aériens et maritimes ?
  • Respecter plus globalement le règne animal et végétal ?

Nous pourrions ajouter tant d’autres questions.

Sur Issy-les-Moulineaux, le constat du confinement a été incroyable : moins de nuisances sonores, retour d’animaux notamment d’oiseaux que nous n’avions plus vus, un frein aux automobiles, une réduction globale des pollutions à particules fines, etc.

Souhaitons-nous que cela se poursuive ou bien que nous reprenions nos habitudes égoïstes ?

L’autre aspect assez négatif du confinement a été l’impact économique pour nos petits commerces. Issu d’une famille de commerçants, je suis profondément attristé de la situation subie par les commerçants. Heureusement, le gouvernement a débloqué de nombreuses aides et a décidé de reports et d’annulations de charges pour les soutenir.

Mais est-ce que cela suffira pour les commerces les plus fragiles ? Après les Gilets Jaunes et les grèves, les commerçants méritent notre soutien ; la plupart se sont adaptés à cette situation pour maintenir leurs activités par des livraisons à domicile. C’est aussi pour eux un « après » qui va impacter leur façon de travailler et de faire des affaires.

Notre soutien et notre reconnaissance doivent aussi aller au personnel soignant qui nous accompagne au quotidien, ainsi que les livreurs, les caissières et les caissiers des supermarchés, les éboueurs et les agents municipaux qui assurent le service public, enfin celles et ceux qui agissent par solidarité en aidant leurs prochains, en donnant de l’argent pour des oeuvres, qui font preuve d’altruisme sans le montrer ou le crier sur les toits, mais avec discrétion et abnégation.

Là est la force du citoyen. De celui qui préfère l’être à l’avoir. De celui qui veut un monde meilleur pour la santé et pour l’écologie. Ce monde meilleur doit aussi se faire par l’éducation et l’éveil des consciences citoyennes. Ça s’appelle la politique tout simplement. À nous de la saisir.

Issy-les-Moulineaux : bilan 2018 du Conseil de quartier Centre-Ville/Corentin-Celton/Les Varennes

Conformément à mon engagement depuis que j’ai été élu conseiller de quartier par les Isséens en 2014, c’est le moment de faire le bilan annuel des actions du conseil de quartier du Centre-Ville/Corentin-Celton/Les Varennes d’Issy-les-Moulineaux (pour rappel, mon bilan pour l’année 2017).

Le conseil de quartier dispose annuellement d’un budget de 50 000€ de la Ville et de 92 500€ euros de la part de l’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO). Les conseillers de quartier agissent de manière bénévole. Ils sont nommés parmi les acteurs économiques et sociaux de la Ville en y ajoutant un collège de 4 habitants élus par les Isséens du quartier et dont je fais partie.

Les membres du conseil de quartier mènent des permanences sur les marchés durant l’année comme sur la Place de la République et à Corentin-Celton. Ils effectuent des visites de terrain régulières, notamment pour veiller à la propreté publique ou encore se réunissent en commission thématique (environnement, circulation, commerces, etc.).

Pour l’année 2018, le conseil de quartier a participé au financement des projets suivants :

  • Alignement des arbres et rénovation des trottoirs, rue des Acacias : 26 000 € pour une réalisation prévue en février 2019 ;
  • Aménagements divers sur l’île Saint-Germain, notamment suite aux inondations en début d’année : 23 000 € pour une réalisation courant 2019 (financements solidaires des quatre des conseils de quartier) ;
  • Protection des balançoires, Parc Henri Barbusse et Jean-Paul II : 5 000 € (réalisation à déterminer) ;
  • Projet de plantation d’arbres en pleine terre et végétalisation des places banalisées, Allée de la chapelle Saint-Sauveur : 25 000 € (réalisation à déterminer).

Sur le dernier point de l’Allée de la chapelle Saint-Sauveur, près de l’hôpital Corentin-Celton, l’accord de financement est en attente d’un projet de la part de l’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO). Notre conseil de quartier s’est vu proposer un projet de jardins partagés, mais jugé beaucoup trop onéreux pour les deniers publics. Des poses de bacs fleuris ont été soumis (1 500 €/bac), mais leur entretien a été estimé trop important.

Le point positif de 2018 de ce bilan est que les financements ont été fléchés sur des projets de végétalisation. Ils doivent être accentués pour 2019 sur l’environnement avec toujours une vigilance sur les sommes engagées. Des projets de solidarité et de vivre-ensemble entre Isséens seraient également intéressants à financer.

A noter également que les actions de dératisation s’accentuent et produisent des effets, même si la lutte contre les rats est une affaire de longue haleine et nécessite une sensibilisation des Isséens  au civisme et à la propreté des rues. A ce titre, GPSO mettra en place une « brigade verte » (en phase d’expérimentation) pour sanctionner les auteurs de dépôts sauvages dans les rues de notre Ville, ce qui est une excellente nouvelle.

Néanmoins, le processus pour analyser et financer les projets des conseils de quartier doit être clairement renouvelé, afin de mieux prendre en compte les idées et les suggestions « bottom up » (du bas vers le haut), c’est-à-dire des idées émanant des Isséens eux-mêmes. C’est un enjeu de la démocratie locale qu’il faut étudier et approfondir.

J’ai émis des réserves sur d’autres projets soumis pour financement et réalisation en 2019 : Lire la suite

Issy-les-Moulineaux : bilan 2017 du Conseil de quartier Centre-Ville/Corentin-Celton/Les Varennes

Comme je m’y suis engagé chaque année, c’est le moment de faire le bilan des actions du conseil de quartier du Centre-Ville/Corentin-Celton/Les Varennes d’Issy-les-Moulineaux.

Pour rappel, le conseil de quartier dispose annuellement d’un budget de 50 000€ de la Ville et de 92 500€ euros de la part de l’agglomération Grand Paris Seine Ouest (GPSO). Les conseillers de quartier agissent de manière bénévole. Ils sont nommés parmi les acteurs économiques et sociaux de la Ville en y ajoutant un collège de 4 habitants élus par les Isséens du quartier et dont je fais partie.

Cette année, le conseil de quartier a participé au financement : Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :