Archives d’Auteur: okan germiyan

Peut-on pardonner et excuser ?

stream_imgL’assassinat du Père Jacques Hamel, curé de de la paroisse de Saint-Etienne-du-Rouvray hier en Normandie, a été un choc supplémentaire pour nous Français, et précisément les Catholiques.

Nous devons pardonner cet acte terroriste clairement revendiqué au nom de l’Etat islamique lui-même se réclamant de la branche dure de l’Islam.

Cet assassinat politique et religieux ne peut cependant être excusé. Combien encore de défaillances de sécurité observées à Nice ou de laisser-faire vis-à-vis de groupes haineux cherchant à nous provoquer ? Au dernier Noël, la plupart des églises de l’Ile-de-France, entre autres, avaient été protégées par des militaires. Faut-il à nouveau les rappeler ?

L’excuse et l’incompréhension ne suffisent plus. Pardonner oui, mais renforcer la sécurité de tous les Français est primordial avant d’aller bombarder quoi que ce soit au Proche-Orient ou en Afrique du Nord.

Notre pays supporte depuis trop longtemps ces provocations et ces actes sur notre territoire.

En attendant de jours meilleurs, quelque soit notre religion, prions pour le Père Jacques Hamel.

Attentat de Nice : la colère domine

Nice-attentat-2016Hier soir, un énième attentat à Nice a été commis contre nos concitoyens et notre pays.

La colère domine face à cet acte qui a pu se réaliser en plein 14 Juillet et en période encore d’état d’urgence.

Au-delà de la question du niveau de sécurité et du degré de vigilance un soir de fête nationale, il y a aussi le profil de l’auteur de l’attentat.

Clairement, il y a une haine de la France qui anime ces individus et ce, depuis les attentats de Charlie Hebdo.

Mes condoléances aux familles des victimes, mais la colère est immense. La compassion ne suffira pas.

Isséens, étiez-vous au courant de la fusion Issy-les-Moulineaux/Boulogne-Billancourt ?

Fusion_Issy_Boulogne_dette_graphiqueVous venez peut-être d’appendre la fusion entre Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt ?

La fusion a été décidée en conseil municipal le samedi 9 juillet sans que les Isséens en soient informés sur les tenants et les aboutissants.

Savaient-ils même qu’on les faisaient fusionner de force avec Boulogne-Billancourt ?

On nous informe que les habitants seront consultés sur le nom de la nouvelle commune (sujet très important…) et, que dans le cadre des conseils de quartier et divers « experts », on va préparer la bonne transition avec notre voisine dont la dette par habitant est bien plus importante qu’à Issy (voir graphique ci-dessus).

Les habitants seraient ensuite informés du projet pourtant déjà acté et voté.

Qu’on soit a priori pour ou contre ce projet de fusion, le minimum aurait été de faire de la pédagogie sur les enjeux de cette démarche et de consulter les Isséens comme les Boulonnais AVANT tout vote en conseil municipal.

Rappelons enfin que ce projet de fusion ne faisait pas partie des programmes électoraux aux municipales de 2014.

Vous venez (enfin) de comprendre qu’Issy-les-Moulineaux va disparaître et que vous allez devoir supporter la dette de Boulogne-Billancourt ?

Fusion actée Issy-les-Moulineaux/Boulogne-Billancourt : défendons les intérêts des Isséens !

Entre le retour du soleil et à la veille d’une finale de coupe d’Europe, la fusion entre Issy-les-Moulineaux et Boulogne-Billancourt a été actée ce matin en conseil municipal à Issy comme à Boulogne.

À Issy, la majorité (LR, UDI, MoDem) a voté contre tout projet de référendum, mais aussi contre la consultation des Isséens par le biais des conseils de quartier dont je suis un des élus. Cette dernière option avait ma nette préférence, évidemment, et je regrette vivement ce refus.

J’ai pour principe que les habitants soient consultés, dans le cadre de la démocratie locale. Ce principe est inaliénable, au-delà des querelles et polémiques partisanes droite contre gauche. Il est ainsi regrettable de ne pas avoir plus associé les conseillers de quartier en amont de ce projet et de ne pas avoir saisi l’occasion de consulter les habitants par ce biais. Seul élément concédé aux conseils de quartier et au conseil économique, social, et environnemental local, des « groupes de travail » seront créés pour permettre un bon processus de fusion entre les deux communes.

Il est aussi regrettable de constater que le législateur en 2010 puis en 2015 -c’est-à-dire le gouvernement (de droite et de gauche) et les députés de l’Assemblée nationale- est permis aux communes de fusionner sans passer obligatoirement par le référendum ou la consultation des administrés. Ces lois, pourtant élaborées pour des communes de moindre mesure en terme de nombre d’habitants, sont inadaptées pour des communes aussi peuplées que Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux. Nous ne sommes pas des petites communes de moins 3500 habitants ou de moins de 10000 habitants.

Notre Ville est très bien gérée, mais nous ne savons pas à quelle sauce nous serons mangés par Boulogne-Billancourt qui accueillera en 2020 le siège du nouveau conseil municipal : en effet, le maire actuel de Boulogne s’est déjà déclaré maire de la nouvelle commune d’ici les élections municipales de 2020, André Santini prenant la présidence de l’agglomération Grand Paris Seine-Ouest (GPSO). Pour les Isséens, leur administration serait également centralisée à… Boulogne ! Cela voudrait dire que, dans le cadre de la « rationalisation » des effectifs avancé par le Maire André Santini, nous Isséens serions dans les années à venir amenés à faire nos démarches administratives à Boulogne et non plus à Issy-les-Moulineaux, sans compter que le flou demeure autour de la future pression fiscale qui pèsera sur les habitants du « quartier » (et non plus commune) d’Issy-les-Moulineaux.

Tout cela est au conditionnel. D’ici cette échéance, je m’investirai dans les conseils de quartier non plus seulement pour les missions qui nous incombent, mais pour défendre les intérêts des Isséens.

J’aime ma Ville, son histoire, son identité, et les Isséens ne doivent pas être oubliés, ni ignorés.

Conseil municipal extraordinaire samedi 9 juillet : disons non à la fusion Issy/Boulogne !

Un conseil municipal extraordinaire aura lieu à l’Hôtel de Ville d’Issy-les-Moulineaux, le samedi 9 juillet à 10h30 « portant projet de création d’une commune nouvelle, par regroupement des communes de Boulogne-Billancourt et  d’Issy-les-Moulineaux« . Un  conseil municipal se réunira le même jour et à la même heure à Boulogne-Billancourt.

Je serai présent devant l’Hôtel de Ville à 10h pour exprimer, dans le calme mais avec détermination, mon refus à ce projet et suivrai ensuite la séance du conseil municipal. Les Isséens qui le souhaitent, mais aussi les Boulonnais, sont invités également à venir exprimer ce refus à ce projet décidé sans consultation des administrés des deux communes.

J’ai déjà exprimé mon opposition à la fusion dans les billets suivants :

Fusion Issy-les-Moulineaux/Boulogne-Billancourt : un référendum ou des élections

Fusion Issy/Boulogne-Billancourt : un projet à risques ?

Issy-les-Moulineaux doit-elle disparaître dans une seule grande commune ?

Il est incompréhensible que ce projet, qui n’a jamais été présenté aux élections municipales de 2014, soit ainsi décidé sans consultation, ni débat avec les Isséens, alors qu’il n’y a aucune garantie qu’on ne prélève pas de l’argent en plus sur les Isséens pour financer la dette de Boulogne-Billancourt. En effet, la dette boulonnaise par habitant est de 625€ par habitant contre… 12€ par habitant à Issy-les-Moulineaux. (voir la liste en détail des villes endettées en 2014).

Personnellement, j’approuve la gestion de notre Ville, mais ce projet soudain nous échappe complètement, citoyens, mais aussi aux élus de la majorité qui n’ont pas fait campagne durant les municipales pour cela. Nous ne savons pas où nous allons : sans garantie, nous devons exprimer ce refus. Le consensus mou ou l’approbation silencieuse dans la majorité, au risque d’être critiqué ou démis de ses fonctions, n’ont pas leur place.

Les Isséens doivent être consultés, on doit débattre là-dessus avant de voter quoi que ce soit en conseil municipal.

Enfin, ce projet n’est ni de droite ou de gauche : par exemple, le député de droite (LR) de Boulogne-Billancourt est également opposé à ce projet. Preuve en est que nous avons une convergence commune qui va au-delà des étiquettes partisanes. Les Boulonnais comme les Isséens ne se réjouissent donc pas de cette fusion qui leur serait imposée du jour au lendemain.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 147 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :