Victimes de la Déportation et Génocide arménien : commémorations à Issy-les-Moulineaux

Ce dimanche 29 avril 2018 avait lieu deux commémorations à Issy-les-Moulineaux :

-La journée nationale des victimes et des héros de la Déportation devant le Monument des Morts au Centre-Ville, avenue de la République ;

-Le 103e anniversaire du Génocide des Arméniens devant le monument de l’amitié franco-arménienne, rue de la Défense.

Photo personnelle

Ces commémorations sont des moments forts pour la vie citoyenne, qu’elle soit locale ou nationale. Les discours étaient pour la plupart de grande qualité : par exemple, le pasteur Joël Mikaelian, représentant l’église évangélique arménienne à Issy-les-Moulineaux, a appelé à la paix et à la justice, tout comme le ministre-conseiller de l’Ambassade d’Arménie en France, Levon Amirjanian, venu réitérer le devoir de mémoire du premier génocide du XXe siècle de la part de toutes celles et tous ceux qui ont des racines arméniennes.

Photo personnelle

Photo personnelle

Photo personnelle

Je regrette à ce titre ne plus recevoir d’invitations de la part de la Mairie pour ces commémorations depuis deux ou trois ans, en particulier pour celle du Génocide arménien car touchant à l’histoire de ma famille.

De même, comment se fait-il que la Mairie n’invite pas le député d’Issy-les-Moulineaux, Gabriel Attal, à ces cérémonies comme à toutes les autres manifestations ayant lieu dans notre Ville d’Issy-les-Moulineaux ?

Je déplore également, lors de ces cérémonies, des éloges et des louanges qui tournent, avec excès, au meeting politique. Le travail de mémoire implique-t-il forcément d’être redevable politiquement ? L’humilité et la neutralité politique sont-elles malvenues lors de ces cérémonies ? Ce qui est excessif en devient à la longue insignifiant, voire pire.

Le travail pour la reconnaissance du Génocide arménien est le travail de tous, sans distinction, et à tous les niveaux. Celui de la pénalisation du négationnisme du Génocide arménien en France en constitue la prochaine étape.

La République en Marche, mouvement de la majorité parlementaire et présidentielle, compte trois députés d’origine arménienne (inédit !). La réflexion autour d’une législation pouvant punir la négation du Génocide arménien est en cours à l’Assemblée nationale, une législation qui ne puisse pas, cette fois-ci, être censurée par le Conseil constitutionnel.

Cette réflexion répond au voeu formulé par le Président de la République Emmanuel Macron que le Parlement français se saisisse de ce dossier, lors de son premier discours devant le conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).

C’est un travail d’ombre qui ne demandera ni rétribution matérielle ou symbolique ; il n’aura pour seul but que de lutter en France contre les remises en question infamantes de faits historiques indéniables comme le Génocide arménien de 1915-1922.

La reconnaissance du travail de chacune et chacun dans cette oeuvre ne sera valable que si le flambeau de cette mission est transmis aux générations suivantes, sans rancune ni haine ou vengeance particulière, mais avec bienveillance et dans le souci de l’intérêt général.

Publicités

Publié le 30 avril 2018, dans Actualités, Canton d'Issy-les-Moulineaux, Conseil de Quartier Centre-Ville/CCelton/Varennes, en marche, France, Hauts-de-Seine, Ile-de-France, International, Issy, Issy-les-Moulineaux, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :