21 avril 2002 : ce dont je me souviens du 1er tour de la présidentielle

Il y a 9 ans, le 21 avril 2002, l’élection présidentielle avait vu au soir du premier tour la qualification du candidat du Front National, Jean-Marie Le Pen, face au candidat du RPR, le président sortant Jacques Chirac.

Je ne reviens pas sur le choc de ce duel entre droite et extrême-droite. Ce dont je me souviens, ce fut la très grande légèreté avec laquelle la plupart des électeurs estimaient inutile d’aller voter pour ce premier tour. Entendus à la radio, vus la télévision, les Français rencontrés ici et là étaient de sortis car il faisait beau ce jour de dimanche 21 avril 2002. Ou bien les candidats ne les passionnaient pas, certains se disant que ce seront les mêmes, celui de la droite (Jacques Chirac) et de la gauche (Lionel Jospin), qui passeraient le premier tour…

Ce dont je me rappelle de cette journée fut donc le manque d’esprit civique et la lobotomisation des esprits dans le carcan du duel gauche/droite, des raisons qui -à mon sens- furent celles expliquant ce délitement du vote et la montée soudaine du candidat du Front National au second tour de la présidentielle. Bien évidemment, on ne peut pas omettre un contexte national et international largement défavorable aux étrangers et/ou aux Français de confession musulmane, en particulier après les attentats du 11 septembre 2001, pour expliquer cette montée du Front National.

Alors aujourd’hui, un an avant l’élection présidentielle de 2012, les appels au rassemblement dans les deux camps droite et gauche ne sont que factices et ne peuvent combler le délitement du vote citoyen lors de ce rendez-vous national le plus important de notre République.

À titre personnel, j’avais voté au premier tour pour le candidat de l’UDF -François Bayrou dont c’était la première candidature à une présidentielle- et n’avait guère apprécié les appels à voter au second tour pour Jacques Chirac, des appels lancés par des personnes qui n’avaient pas forcément accompli leur devoir ce 21 avril. La mémoire reste ainsi vive face à l’hypocrisie des uns et des autres.

N.B. : pour rappel, on dit bien une « élection présidentielle » et non pas des « élections présidentielles ». En effet, on élit un président de la République et non pas plusieurs. Inversement, on dit bien les élections législatives, car on élit les députés de la Nation.

Publicités

Publié le 21 avril 2011, dans France, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :