Collèges : le conseiller général doit agir pour les élèves, leurs parents, et les enseignants

Il est paradoxal de constater que la politique idéologique du « moins de fonctionnaires » voulue par le gouvernement pour notre pays frappe de plein fouet les fonctionnaires les plus précieux de notre République, c’est-à-dire les enseignants.
Et que la réduction de leurs effectifs, leur remplacement par des stagiaires laissés à eux-mêmes, et la surcharge des classes contribuent à la dégradation de la qualité de l’enseignement dans le département des Hauts-de-Seine qui est pourtant si riche.

Au-delà de ces considérations, les collèges et les écoles d’Issy-les-Moulineaux sont parmi les établissements du département les plus frappés par cette politique déraisonnable. Au premier plan, la responsabilité du rectorat des Hauts-de-Seine est clairement soulevée. De même, les conséquences de cette politique incohérente affectent le bon fonctionnement des collèges de notre Ville, ce qui impose au département -dont c’est la compétence- d’intervenir et donc, au conseiller général d’avoir son mot à dire.

Sur le canton d’Issy-les-Moulineaux Est, le collège de La Paix sera concerné par l’arrivée des nouveaux logements du quartier du Fort. Le nombre d’élèves va augmenter forcément dans ce collège et, d’après un récent article d’un journal local, le rectorat ne compte pas ouvrir de classes supplémentaires en prévision de cela. Cela n’est pas normal, et témoigne d’une profonde indifférence aux inquiétudes des parents de ces élèves du secondaire dont l’avenir scolaire est en jeu.

On le sait tous, une classe surchargée ne permet pas de donner un enseignement de qualité à chaque élève. On le sait également, un enseignant qui est chargé au quotidien de plusieurs classes ne peut pas travailler avec calme, sérénité et surtout disponibilité que ce soit pour ses élèves, leurs parents, mais également pour sa propre vie personnelle. Que dire également lorsque cet enseignant est un stagiaire qui n’a pas bénéficié d’une formation sérieuse sur le terrain ?

Nous ne pouvons pas accepter le fait accompli et laisser se dégrader la situation dans les collèges, mais également dans les écoles isséennes qui sont aussi les premières concernées. Je pense ainsi à l’école Anatole-France dont les parents d’élèves (voir leur site Internet) se sont légitimement mis en colère (et en grève !) par rapport à la politique du rectorat : les enseignants titulaires laissent la place à des remplaçants qui laissent à leur tour leur place à des stagiaires, le tout dans un cycle d’une incohérence totale.
Peut-on imaginer un instant que l’enseignant titulaire puisse céder sa place à un stagiaire laissé à lui-même face à des classes surchargées ?

Candidat sur le canton d’Issy-les-Moulineaux Est (voir mon billet), je propose quelques idées qui peuvent être discutées ou améliorées :

  • que le conseiller général et l’ensemble du département organisent une grande table-ronde avec le rectorat, les maires des villes des Hauts-de-Seine, les principales fédérations de parents d’élèves ainsi qu’avec les syndicats d’enseignants et un représentant du Ministère de l’Education nationale pour mettre les problèmes sur la table, trouver des solutions et signer un accord général pour faire cesser la suppression des postes d’enseignants, mieux encadrer les remplacements et trouver une méthodologie efficace pour soutenir les stagiaires-enseignants durant leur formation.
  • que le département propose au rectorat de financer la création et l’entretien de classes supplémentaires dans les collèges existants. Le collège de la Paix dans le canton  Issy-Est doit se voir ainsi doter de plusieurs classes en vue de l’arrivée de nouveaux habitants dans le quartier du Fort.
  • Pourquoi le département ne proposerait-il pas au rectorat, mais également aux communes qui financent les écoles, la création et le financement d’une équipe d’enseignants retraités, volontaires et expérimentés, qui seraient prêts  à accompagner les stagiaires durant leur formation, mais également d’assurer des remplacements ponctuels dans les écoles et les collèges ? C’est une piste à étudier dans un plan général de solidarité intergénérationelle.
  • Le conseiller général devrait redevenir le premier et le principal interlocuteur entre le rectorat, le ministère, les parents d’élèves et les enseignants pour les collèges. Cela pourrait être également valable pour les communes, dans l’intérêt du bon fonctionnement des écoles du département.

Bien évidemment, on arguera ici ou là que chaque collectivité a son champ de compétences bien distinctes, que chacun reste à sa place et qu’on ne fasse rien. Mais la situation ne peut continuer ainsi, et il faut bien que le conseiller général, élu pour cela, fasse son travail et trouve des solutions pour les élèves, leurs parents et les enseignants du département.

Enfin, lors de la prochaine fusion des compétences entre le département et la région avec l’élection en 2014 des « conseillers territoriaux », il faudra bien également repenser l’action de l’élu pour les collèges et les lycées, donc pour l’ensemble de l’enseignement du secondaire dans les Hauts-de-Seine.

L’éducation est un bien précieux, c’est elle qui forme nos générations futures ; la volonté politique doit réagir pour la protéger et la développer à travers ses élèves et ses enseignants. Si le département a donc de l’argent, qu’il l’investisse intelligemment dans cette voie-là.

Publicités

Publié le 25 janvier 2011, dans Canton d'Issy-les-Moulineaux, Education, Hauts-de-Seine, Issy-les-Moulineaux, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Très bien argumenté.
    Ce sont effectivement des axes prioritaires, à considérer comme un investissement pour l’avenir, facteur d’intégration et d’égalité des chances, plutôt que de raisonner dans une logique simplement économique et à court-terme.
    J’espère que tu seras entendu, car ce sont des propositions constructives pour notre département, et qui vont également dans le sens d’une meilleure décentralisation gage de proximité.

  1. Pingback: Tweets that mention Collèges : le conseiller général doit agir pour les élèves, leurs parents, et les enseignants | Citoyen à Issy-les-Moulineaux (92130) -- Topsy.com

  2. Pingback: On protège les CRS mais on supprime les enseignants: l’Etat marche sur la tête ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :